Les Givordins ne doivent pas être méprisés : Givors a le droit d’avoir son cinéma !

 

Grâce à une importante mobilisation, les élus givordins ont obtenu l’installation d’un cinéma à Givors.

La Commission départementale d’aménagement cinématographique (CDAC) a validé cette installation qui prévoyait la construction d’un équipement cinématographique de 7 salles et 1300 places au cœur de la ville de Givors.

Mais le 21 novembre 2016, la Commission nationale d’aménagement cinématographique (CNAC) a donné raison aux recours déposés par les trois cinémas voisins : Brignais, Rive-de-Gier et Vienne.

Nous sommes scandalisés et indignés par une telle décision.

Scandalisés car il est inadmissible qu’une commission nationale décide, de Paris, de priver les Givordins de leur cinéma.

Indignés car il est inacceptable que des intérêts de grandes sociétés privées soient ainsi privilégiés au détriment de l’intérêt général et au mépris des Givordins.

- J’ai écrit un courrier au Président de la République pour lui demander une nouvelle audition de la CNAC.

- J’ai également écrit un courrier au préfet de région, préfet du Rhône.

- J’ai écrit aux Ministres de la Culture, de la Politique de la Ville, de l’Éduction nationale, de la famille, de l’enfance et des Femmes pour leur expliquer l’incompréhension face à cette décision de la CNAC et l’importance d’un projet de cinéma au regard des différentes missions et fonctions qu’ils exercent ;

- une pétition est mise en ligne et sera envoyée à tous les Givordins avec le « Vivre à Givors »,

- et de nombreuses actions seront engagées.

Il est important aujourd’hui de se rassembler et de signer massivement cette pétition pour que le dossier du cinéma à Givors soit accepté.


Martial Passi,

maire de Givors

vice-président de la métropole de Lyon


Cliquez ci-dessous pour signer la pétition en ligne 

https://www.change.org/p/givors-a-le-droit-d-avoir-son-cin%C3%A9ma


L’annulation par la Commission parisienne du cinéma que nous avions obtenu aurait, si elle n’est pas remise en cause, des incidences dramatiques pour Givors et sa population :

- Pour le secteur économique local, c’est un dramatique manque à gagner pour les entreprises qui auraient participé à la construction et à l’entretien du bâtiment puisque j’avais obtenu que Mégarama accorde une attention particulière aux entreprises givordines tant pour la construction que pour les jeunes qui auraient pu être recrutés.

- Pour la jeunesse et les scolaires, qui a bien souvent du mal à déplacer pour voir un film, c’est un coup dur. D’autant qu’ici aussi j’avais obtenu de Mégarama des séances à prix réduit afin que les jeunes givordins puissent pleinement profiter d’une offre cinématographique moderne.

Il en est également de même pour les personnes âgées qui devaient, elles aussi, bénéficier, à prix avantageux, de ce cinéma de proximité.

- Concernant le secteur culturel et associatif, il est évident que le cinéma est une porte d’entrée primordiale pour le développement et l’accès à la culture pour tous.

Pour toutes ces raisons, il est nécessaire qu’à Paris, comme ailleurs, on arrête de mépriser la population givordine et qu’on accorde le droit à un cinéma pour notre ville