Patrimoine givordin

Les armoiries

Le 9 mai 1860, le maire Edouard Glas, présente à son conseil un premier projet d’armoiries. Les trois abeilles symbolisent l’activité et l’industrie. Au travers du champ sont présentées une rame et un marteau, symboles des deux premières industries de la ville : la navigation et la métallurgie. Le maire précise aussi que "Le surplus n’est que détails d’ornementation".
Les armoiries sont ensuite modifiées. Par décrets des 2 février 1861 et 14 avril 1866, les armoiries sont concédées par Napoléon III à la ville de Givors. Un N d’or « surmonté d’une étoile rayonnante » remplace l’une des abeilles. 
À la chute de l’Empire, le quartier d’azur à l’N d’or est supprimé. 
Le 11 novembre 1948, la Croix de guerre avec étoile d’argent est conférée à la ville de Givors. Le maire, Mathieu Pinat, souhaite que cette distinction « si douloureusement méritée », figure sur les armoiries de la ville.

Château Saint-Gérald

Les ruines du château Saint-Gérald sont situées  dans le centre-ville de Givors, sur la colline du même nom. L’ancien château surplombe le quartier des Etoiles. Renaud de Forez, nommé archevêque de Lyon en 1193, est à l’initiative de l’édification du château Saint-Gérald. En 1591, pendant les guerres de religion, Givors est prise d’assaut par les troupes de Lesdiguières : c’est là que le château Saint- Gérald est démantelé. L’édifice n’est jamais reconstruit : le rôle militaire de Givors cesse alors.

Le Patrimoine industriel

La verrerie Les matières premières indispensables à la fabrication du verre, sont naturellement présentesdans le sol : le charbon (Rive - de - Gier) et le sable (Rhône).L’activité verrière tient ainsi une place importante à Givors, et ce, déjà bien avant la Révolutionindustrielle.

C’est en 1749 que le Conseil du Roi crée la Verrerie Royale de Givors. 
Puis, de 1749 jusqu’à nos jours, la production verrière change de visage : tout d’abord production manufacturière, cette activité devient industrielle dans les années 1850. En effet, en 1853, la Société générale des verreries rachète toutes les verreries en activité à Givors : ainsi, l’industrie verrière entre dans l’ère du capitalisme industriel.Plus tard, devenue la verrerie Souchon- Neuvesel - Momain et Cie (1907), la société cherche à perfectionner ses moyens de production et concurrence ainsi sérieusement le groupe Saint-Gobain. Ainsi, Saint-Gobain et Souchon- Neuvesel - Momain et Cie demeurent les deux plus grands groupes verriers de l’époque.La verrerie Souchon- Neuvesel, continuant sa fulgurante ascension, prend en 1966 le nom deBoussois - Souchon -Neuvesel (BSN) lorsqu’elle fusionne avec les glaces Boussois. Le groupeBSN, se spécialise alors dans le procédé du verre flotté “float glass” : l’industrie verrière givordineentre ainsi, en abandonnant le procédé du verre plat, dans le domaine de l’industrie lourde.Les années 1970 / 1980 donnent à BSN l’opportunité d’accroître son influence internationale. Lesfusions se succèdent : en 1973, BSN fusionne ainsi avec le groupe Gervais-Danone-Panzani,puis avec le groupe des Verreries mécaniques champenoises (VMC).En 1999, se constitue le Groupe BSN Glasspack, filiale d’emballage du Groupe Danone. Mais le verrier BSN Glasspack s’endette peu à peu, la gestion financière de l’entreprise met progressivement les emplois du groupe BSN-VMC en péril.

En 2003, le 31 janvier, sur décision de BSN-Glasspack, la verrerie de Givors ferme définitivement ses portes.
C’est en 2006 que les anciens bâtiments de la verrerie sont détruits. Seule la cheminée, d’une hauteur de 50 mètres et que l’on aperçoit encore aujourd’hui, est conservée. 

En 1861,  la Société Parent -Shaken - Caillet et  fonde deux nouveaux établissements :l’un à Fives (près de Lille) et l’autre à Givors.L’usine de Givors, située dans le quartier de la Freydière, est spécialisée dans les travaux de mécanique et de chaudronnerie pour les chemins de fer et la marine. L’usine ferme ses portes en 1980. Les bâtiments de l’usine existent encore aujourd’hui à Givors. Les locaux accueillent l’activité d’ingénierie et les bureaux d’études du groupe international Fives. Il sont toujours situés rue Fleury Neuvesel.
Le Bassin du canal est construit entre 1811 et 1813 à l’embouchure du Canal. A l’origine, ses dimensions sont de 260 mètres de long sur 180 mètres de large. Il est comblé en 1965. Un bassin de joute subsiste aujourd’hui, à côté de l’espace nautique et de la Maison des Sauveteurs.

Le Moulin Moiroud Appelé aujourd’hui Moulin Madiba, le Moulin, fraîchement rénové, a été inauguré en février 2014. Nouveau pôle culturel de Givors, il accueille la MJC, les Ateliers d’arts plastiques, le Musée de la Résistance, les Archives municipales de Givors et la Direction des affaires culturelles de la ville. 

Au XVIIIè siècle, le Moulin est créé par les actionnaires du Canal de Givors, il est appelé « Moulin Zacharie », du nom du fondateur du Canal. En 1856, est créée au sein du Moulin l’entreprise « Moulins électriques de Givors-Canal » (grains et farines). A l’aube de 1900, le Moulin est racheté par Monsieur Moiroud ; l’ancien moulin à céréales se transforme en minoterie moderne. C’est en 1929 que la villa est construite. Le Moulin ayant été bombardé pendant la guerre, ses ruines seront dynamitées en 1945 pour permettre la reconstruction de l’édifice en 1950. La ville de Givors rachète le Moulin en 1966. Dans un premier temps, les lieux serviront d’entrepôts municipaux jusqu’à leur rénovation complète en 2012-2013.

Autres édifices et monuments remarquables : 

Vierge de Cras, 1855. Le maire de Givors, Edouard Glas, lance une souscription pour l’érection d’une statue qui protègerait la ville du choléra. Réalisée par les Etablissements Prénat, la statue servit de modèle pour la conception de la Vierge du Puy-en-Velay (1860).

Eglise Saint-Pancrace de Bans
Il s’agit d’un édifice roman dont la fondation remonterait au XI è Siècle. D’après les archives, l’escalier extérieur donnant accès au clocher aurait été reconstruit en 1898, suite à une demande urgente du Conseil de Fabrique.

A noter  :

Trois statues fin XVIIè siècle, un ostensoir en argent doré, quatre bannières de procession du XIXè siècle;

Eglise Saint-Nicolas

L’édifice est situé dans le centre-ville de Givors.  Entre 1462 et 1485, la première église Saint-Nicolas est construite place du Marché (place Camille Vallin). Ce sont les mariniers du port qui édifient cette modeste chapelle, appelée Saint-Nicolas, du nom de leur Saint- Patron. Cette église est trop petite pour être érigée en église paroissiale : la cure de Givors est alors jointe à celle de Bans. Mais les givordins, obligés de se rendre dans l’église plus vaste de Bans, n’ont de cesse de vouloir une nouvelle église qui ferait de Givors, une paroisse. Ils décident donc de la construire à la place de la chapelle Saint- Nicolas. C’est en 1646, que la deuxième église Saint-Nicolas ouvre ses portes aux fidèles. Et c’est seulement en 1820 que l’église actuelle est construite sur l’emplacement que nous lui connaissons aujourd’hui.A noter : 17 vitraux dont le verre a probablement été produit par les usines de la Loire et du Rhône 

Eglise Notre-Dame de Canal

En 1847, le Conseil municipal rejette la demande des habitants du Canal " d'édifier et ériger en succursale de celle de Givors, une église dans le quartier du Canal". 

Pourtant, après une nouvelle demande des Canari (habitants du quartier de Canal),il est décidé en conseil municipal que le quartier du Canal formera une troisième paroisse de Givors. Ainsi, en 1854,  quelques habitants du quartier se réunissent, et se constituent en société, pour acheter le terrain de la nouvelle église. La Société Eparvier – Conty devient aisni propriétaire du terrain.
C’est en 1857 que  l’église est érigée en paroisse, elle est transférée pour propriété au Conseil de Fabrique. Plus tard, en 1905, l’église et le terrain sur lequel elle est bâtie passent dans le domaine communal. 
L’édifice est situé 6 rue Victor Hugo.

Eglise Saint-Lazare, hameau de Saint-Martin de Cornas.

Saint-Lazare est une petite chapelle romane dont les parties les plus anciennes datent du Xè siècle. Le clocher date du XVII è siècle. 
Située sur un plateau dominé par les monts du lyonnais, l’édifice est très sobre et illustre tout à fait le style roman de type rural. Entourée par un ancien cimetière, l’édifice a été restauré au XIXè siècle.

Sculptures et monuments de Georges Salendre

  

De nombreuses œuvres du sculpteur Georges Salendre sont présentes dans la ville.

Salendre est né dans l’Ain en 1890. A la Libération, il est élu conseiller municipal communiste de Lyon. Ami de Tony Garnier et d’Edouard Herriot, ses œuvres sont bien représentées à Lyon mais également à Givors. A Givors, dons ou commandes municipales, ces monuments et sculptures sont en lien avec le message politique de la municipalité.

  • Monument de la Résistance, avenue Leclerc.  1958 : commande de la ville de Givors (collaboration avec l’architecte  René Bornarel).
  • Crypte du Souvenir, place Jean JaurèsLe Rhône, promenade Maurice Thorez. Statue inaugurée le 1er juillet 1966. Statue monumentale en pierre de Bourgogne, taillée dans un bloc de 25 tonnes. Il s’agit en fait d’une sculpture qui avait été prévue en 1957 pour orner le centre du rond-point rive gauche à l’extrémité du pont de la Guillotière à Lyon. Herriot étant décédé en mars 1957, le projet a échoué. Il a été exposé en 1964 à La Courneuve. Dans une note conservée aux archives municipales de Givors, Salendre donne la description de sa statue qui reprend la tradition des statues de fleuves antiques et de l’époque classique : « athlète barbu, allongé, appuyé sur le bras droit derrière le dos, tenant dans la main gauche sa rame appuyée sur la cuisse ».
  • La Commune de Paris, avenue de la Commune de Paris. Hommage à Louise Michel ; il s’agit d’une commande de la municipalité dans le cadre de l’aménagement de la zone d’habitations des Vernes. 
  • Captive, Quartier des Plaines. 1954, œuvre vraisemblablement exposée au Salon des Arts de Givors et achetée par la municipalité.
  • Henri Barbusse, place Camille Vallin.
  • Maurice Thorez, promenade Maurice Thorez.
  • Joliot Curie, groupe scolaire Joliot Curie.
  • L’Enfantement, centre hospitalier Montgelas .
  • La Maternité, centre hospitalier de Montgelas.
  • La République, statue en pierre de Pouillenay, Mairie de Givors.
  • La Mère et l’Enfant , statue en pierre de Pouillenay, Mairie de Givors. 1960 : don à la ville de Givors.
  • Le Torrent, Mairie de Givors.
  • L’Enfant au raisin. Mairie de Givors.

Mairie

Place Camille Vallin
Tél. 04 72 49 18 18

Mairie
lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi 8h30-12h / 13h30-17h30 

Maison des usagers - Etat civil - Guichet unique -

mardi 10h-12h / 13h30-17h30
lundi, mercredi, jeudi, vendredi 8h30-12h / 13h30-17h30

CCAS : lundi au jeudi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30, et le vendredi de 8h30 à 12h.

Antenne mairie des Vernes - place Général de Gaulle
mardi 10h30-12h / 13h30-17h30
mercredi, jeudi, vendredi 8h30-12h / 13h30-17h30
Samedi 9h-12h

Accéder au plan de la ville

Photos

Semaine Bleue 2018
Semaine bleue 2018
> Voir toutes les photos